A quoi reconnait-on un musulman sincère et vertueux selon le Qur’ân ?



Il se tourne vers le Divin dans toutes les situations et dans toutes ses dispositions, cherchant la meilleure solution à ses problèmes, sans justifier ou banaliser des vices, des fautes, des péchés ou des actions nuisibles.
Il ne perd pas son temps dans des débats interminables pour se perdre en conjectures, humilier des gens ou les éloigner de la Miséricorde Divine.
Il regarde au-delà des divergences juridiques et théologiques, pour se détourner des futilités, des choses douteuses, des pratiques blâmables et de tout ce qui peut l’éloigner du Rappel Divin, de la vertu, de la sagesse, de la pudeur, de la chasteté, de la justice et de l’équité.
En cas de divergence sur un sujet, il préfère placer sa confiance en Allâh, L’exempter des imperfections et des modalités physiques (propres aux créatures) tout en affirmant la réalité (propre à Lui) de Ses nobles Attributs.
Il s’abstient de tout ce qui pourrait causer du tort et du mal à soi-même comme à autrui.
Il aime pour les autres ce qu’il aimerait pour lui-même, c’est-à-dire la guidée d’Allâh, Sa Miséricorde, le bien-être, la paix, la sérénité, la sécurité, la justice, la douceur, la compassion et la santé.
Il cherche à tout prix à maitriser sa langue afin de ne pas proférer de paroles mensongères, blessantes, grossières ou nuisibles, tout comme il veille à maîtriser ses désirs et à ne pas bafouer les droits des autres par sa langue, ses désirs sexuels ou ses mains.
Là où la Loi interdit une chose, il s’en prémunit, là où les juristes ont divergé, il s’oriente vers ce qu’il y a de plus sûr, conformément aux principes et aux objectifs de la Loi ainsi qu’à la fitra (conscience innée, naturelle, primordiale).
Entre plusieurs choix licites, il adopte celui qui tend vers l’élévation de l’âme, l’obligation ou la forte recommandation, et il s’éloigne de toute chose pouvant, dans son cas du moins, avilir l’âme.
Il ne se contente pas de « ceci est licite » ou « ceci est haram », mais se pose plutôt les bonnes questions, et juge chaque situation selon ce qu’il convient de faire : qu’est-ce qui serait le plus utile et bénéfique pour mon cheminement et pour mes proches ? Comment préserver l’intérêt général ? Comment me rapprocher d’Allâh ? Comment m’éloigner de ce qui est mauvais, dangereux et blâmable ? Comment protéger les droits de mes proches et des gens ? Que faire pour aider mes proches et leur apporter ce dont ils ont réellement besoin ? Voilà les questions qu’il se pose chaque jour.
Lorsqu’il n’est confronté qu’à des situations où le mal prédomine, il opte pour le moindre mal, tout en ayant l’intention de plaire à Allâh, de se désavouer du mal, et de souhaiter la fin du mal et la manifestation d’une meilleure situation.
Il fait passer par et pour l’Amour Divin, les droits des gens avant les siens, et veille toujours à ce que les gens ne soient pas lésés dans leurs droits, et que ses décisions et ses actions ne brisent pas le cœur de ses proches, participent à leur bien-être, contribuent à leur sécurité, et les orientent vers la voie de l’Unicité Divine, de la vertu, de la piété et de la justice.
Ses conseils visent à réformer sainement les gens, à les élever vers la connaissance, la justice et la piété, et non pas à les mépriser, à les insulter ou à les dégoûter.
Plutôt que de passer tout son temps à polémiquer, il préfère l’accomplissement des bonnes œuvres, telles que l’étude du Qur’ân (sa lecture, son apprentissage, son écoute et sa méditation), la prière, l’aumône, rendre service aux gens, prendre soin de ses parents et de sa famille, être aimable et serviable envers ses voisins, aider les voyageurs, secourir les opprimés, faire preuve de charité et de soutien envers les nécessiteux et les orphelins, défendre les droits des victimes, enseigner des choses utiles aux gens, étudier toute chose utile, méditer sur la Création d’Allâh, participer à la construction d’hôpitaux, d’écoles, de puits, d’usines, de centrales électriques, de purification d’eau, de mosquées, de centres culturels ou de laboratoires de recherche.
Dans ses intentions, il recherche la pureté et la sincérité afin de ne chercher que l’Agrément Divin. Dans ses actions, il s’oriente constamment dans le bien et les nobles idéaux de la Loi islamique. Dans ses aspirations, il ne vise qu’Allâh et les finalités pour lesquelles il a été créé. Dans ses pensées, il relie tout à Allâh, qui est la Source de toute chose. Dans ses paroles, il veille à prononcer de belles et bonnes paroles, à dire à la vérité, à apporter le sourire et le réconfort aux gens, à élever les échanges intellectuels, et enfin à imbiber sa « langue » du Rappel Divin. Toutes ses dispositions, tout comme la totalité de ses membres, recueillent les Bénédictions Divines et veillent à en manifester Sa Lumière.


Be the first to comment “A quoi reconnait-on un musulman sincère et vertueux selon le Qur’ân ?”